AMAZON n’aura pas sa propre extension de nom de domaine

logo

De nombreuses critiques envers le webmarchand ont été émises et diffusées dès que ce dernier a annoncé vouloir déposer son propre nom de domaine dans le cadre de l’ouverture de nouvelles extensions de noms de domaine par l’ICANN.

 

Le .AMAZON refusé au géant du web

Malgré son succès gigantesque, la demande émise par Amazon pour posséder le .amazon a  été refusée. En effet, la demande n’a pas été validée par l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) et le GAC (Governmental Advisory Committee).
La raison de ce refus est que cette extension est trop controversée. La requête du géant américain a fait bondir des groupes de pays latino-américains qui se sont manifestés pour bloquer la validation de ce nom de domaine. En effet, plusieurs pays d’Amérique du Sud (Pérou et Brésil notamment) ont protesté énergiquement face à ce projet car ils estiment que cette nouvelle extension empiète sur leurs intérêts géographiques. La nature a remporté la bataille face à la société américaine de Jeff Bezos.

Amazon ne s’avoue pas vaincu

D’autre région du monde comme la célèbre Patagonie d’Argentine et du Chili demandé par la marque Patagonia ont aussi fait des vagues mais la marque à très vite retiré sa candidature contrairement à Amazon qui ne compte pas s’arrêter là !  L’entreprise a renouvelé son souhait d’obtenir le très controversé .amazon et souhaite trouver « une issue favorable ».
En parallèle, Amazon a effectué près de 80 demandes pour devenir propriétaire des nouvelles extensions telles que .kindle, .book ou .shop. Malgré ces demandes d’enregistrement l’entreprise n’en démord pas : elle souhaite obtenir gain de cause pour avoir son propre nom de domaine. Elle envisage d’ailleurs un recours juridique. Pour sa défense, le cybermarchand prétend que  « l’Amazonie n’est pas une région géographique et que son nom n’est pas protégé par les traités internationaux ».

Vous l’aurez compris, l’affaire ne va pas s’arrêter là et nous ne manquerons pas d’en suivre les rebondissements dans les semaines à venir.