Confusion des nouvelles extensions : .unicorn ou .unicom ?

Les noms de domaine en .be utilisés pour le phishing

Dans le secteur du nommage des sites Internet, l’ICANN a révolutionné les usages en ouvrant l’accès à des nouvelles extensions appelées « generic top level domain ». Depuis juin 2012, les utilisateurs ont commencé à déposer des dossiers de demande pour des extensions de type .paris, .movie ou encore .apple mais certaines demandes sont susceptibles de conduire à des litiges.

Certaines demandes d’extensions de nom de domaine posent déjà des problèmes. C’est notamment le cas des extensions de noms de domaine très proches du point de vue phonique et visuel. Selon l’ICANN, avoir plusieurs candidats pour une seule extension peut générer des conflits d’intérêts.

Les extensions ayant des similitudes phoniques et visuelles

Sur près de 2.000 demandes d’extensions, 4 dossiers posent problème au niveau visuel. Il s’agit par exemple  de .hotels et .hoteis. L’extension .hotels, demandée par Booking.com, est susceptible d’intéresser nombreux gestionnaires d’hôtels dans tous les pays. En revanche, le .hoteis (hôtels en portugais) demandé par la société Despegar Online est susceptible de faire l’objet de nombreuses confusions.

Sur la liste des dossiers problématiques de l’ICANN figurent aussi les extensions .unicorn et .unicom. Tandis que le .unicorn représente la marque Unicorn A.S., le .unicom désigne un opérateur de télécommunications en Chine : China United Network Communications Corporation Limited.

Les extensions faisant objet de plusieurs demandes

En plus des extensions très proches phonétiquement, l’ICANN signale plusieurs extensions revendiquées par 2 voire plusieurs candidats. Plus précisément, il y a environ 754 dossiers qui portent sur 230 extensions.

Quelles mesures l’ICANN prendra-t-il face à tous ces demandes redondantes ou problématiques ? Pour l’instant, aucune objection n’a été faite officiellement. Il faudrait donc suivre l’actualité des extensions Internet pour rester au courant de l’évolution de ces dossiers.

…et un point sur les nouvelles extensions Internet

Depuis juin 2012, l’ICANN a reçu approximativement 1.930 demandes d’extensions Internet de 60 pays différents. Tandis que la moitié des demandes proviennent des candidats aux Etats-Unis, le reste viennent d’Europe, d’Asie, d’Amérique Latine et d’Afrique.

En matière d’extensions de marque, Airbus, Alstom, Apple, Google, Hermès, Philips et Sanofi font partie de la liste de candidats. Ces extensions leur permettront de promouvoir plus efficacement leurs produits. Amazon a fait par exemple plusieurs demandes, pour le .mail, le .video, le .map, le .mobile, le .movie, le .music, le .news et d’autres extensions.

Tous ces dossiers entraineront des frais élevés aux porteurs de dossiers. Selon les estimations, les droits d’acquisition d’un nom de domaine pourront s’élever à 185.000 dollars, auxquels s’ajouteront des taxes annuelles de 25.000 dollars. Tous ces aspects ont fait l’objet des nombreuses critiques vis-à-vis de l’ICANN, qui a accumulé du retard sur le processus de sélection des dossiers.