Noms de domaine: le bilan de 2015

Le .fr est devenu l’extension la plus valorisée parmi les extensions génériques

Le rapport sur le marché des noms de domaine pour 2015 est sorti

Comme chaque année, le CENTR (Council of European National Top Level Domain Registries) dresse un bilan du marché des noms de domaine. Publié à la fin du mois de janvier 2016, ce rapport nous informe des enregistrements ayant eu lieu en 2015.

On constate une forte croissance des gTLDs (les extensions génériques comme .com, .net ou .org) qui s’explique notamment par un pic de vente du .com sur le marché chinois. Les enregistrements de new gTLDs sont quand à eux passés de 7,9 à 11 millions, une augmentation d’environ 43%.

Lors du dernier trimestre de 2015, on a pu observer une augmentation de 3,2% des ccTLDs (ce sont les domaines de premier niveau national tels que .fr, .us ou .uk). La Chine (.cn) avec 16,4 millions d’enregistrements, l’Allemagne (.de) avec 16 millions et le Royaume-Uni (.uk) avec 10,6 millions forment le top trois des ccTLDs les plus enregistrés dans le monde. La France (.fr) se classe à la 9ème place avec 2,9 millions de noms de domaine enregistrés. 

Les ventes sur le second marché des noms de domaine

Sur le second marché des noms de domaine, marché sur lequel les propriétaires peuvent revendre leur nom de domaine, le classement des meilleures ventes au cours du 1er trimestre 2015 soulève la vente des noms de domaine heika.com pour 300 000$, same.com pour 233 333$, pax.com pour 200 000$ ou encore reponse.com pour 150 000$. Les montants sont moins importants pour les noms de domaine en .fr mais on dénote tout de même les ventes de natunix.fr pour 10 000€, de developpeur.fr pour 7 000€ ou encore de detecteur-de-metaux.fr pour 5 000€.

Moins de spams en 2015

L’année 2015 aura également été témoin d’une baisse du nombre de spam. En effet, alors qu’en 2014 66,76% des emails envoyés étaient considérés comme des spams, le pourcentage est descendu à 55,28% en 2015. Selon Kaspersky Lab, une société spécialisée dans la sécurité des systèmes d’information, cette diminution aurait un lien direct avec le prix des noms de domaine. La société a constaté début 2015 que les spammeurs utilisaient de plus en plus les noms de domaine en new gTLDs, qui permettent d’associer le nom de domaine à l’activité et d’être ainsi plus crédible aux yeux de l’internaute qui reçoit le spam. Le prix de ces new gTLDs, trop important pour le budget des spammeurs, a donc fait diminuer le nombre d’envoi de spams en 2015.